Nos sites web

Pr. Abdelhamid DJEKOUN

Université Frères Mentouri CONSTANTNE 1
Route Ain EL BEY 25000, Constantine (ALGÉRIE)
Mars 2017

Depuis, la mise en place du système LMD, en 2004, dans les universités Algériennes une importante dynamique a été préconisée pour accompagner cette reforme de l'Enseignement Supérieur. Plusieurs opérations ont été menées sur le terrain pour soutenir et renforcer les capacités de nos universités pour mettre en œuvre cette reforme, et pour faire face aux exigences de ce nouveau système.

Les opérations d'accompagnement sont d'ordre réglementaire, institutionnel, structurel, de formations, de recherche scientifique et d'équipements, appuyées par des programmes d'échange et de partage d'expériences avec les institutions internationales. Les objectifs assignés à cette accompagnement de la reforme, est de répondre à ses besoins spécifiques, qui sont l'amélioration de la formation universitaire, la

réussite estudiantine, et l'installation d'un dispositif
d'orientation et d'insertion professionnelle des étudiants.

Ce nouveau contexte universitaire lié à l'installation progressive du système LMD, a vu naitre sur le terrain, l'application de plusieurs pratiques et d'initiatives pour permettre à l'université d'être interactive et en synergie avec son environnement socio-économique et international. Bien sur ce contexte a fait apparaitre des pionniers, des

réfractaires, des ambitions, des perspectives, des réticences, des idéaux, des expériences, générant ainsi de la réflexion, des débats, des arguments et des solutions.

En plus, de ce grand changement au sein de l'Université Algérienne, il y'a lieu de signaler aussi, qu'elle s'est vue traversée par plusieurs transformations majeures l'obligeant à faire évoluer ses missions, ses stratégies, ses objectifs et sa vision.

Parmi les transformations qui affectent aujourd'hui l'Université Algérienne c'est cette massification galopante enregistrée d'année en année. Elle est bien sur le fruit de la démocratisation de l'enseignement Supérieur, un choix politique national visant la réussite sociale par les études. A ce sujet on compte aujourd'hui dans les rangs de nos universités plus de 1,5 millions d'étudiants.

Ce sont des effectifs en hausse depuis plus d'une dizaine d'années avec chaque année un afflux de plus 300.000 nouveaux bacheliers qu'il s'agit de conduire à un diplôme. Une situation qui exige d'engager des moyens et génère en même temps des charges considérables.

Cette augmentation des effectifs des étudiants, peut on la considérer comme une malédiction, ou une bénédiction, comme une chance ou une menace pour l'Université Algérienne?

La question qu'on peut se poser aujourd'hui serait comment procéder pour faire de ces étudiants de vrais talents, de véritables champions et des citoyens représentant un capital humain qu'on pourrait mobiliser pour construire une société riche par le savoir.

Devant ce constat lié à la massification, on assiste aussi à une autre transformation qui touche l'université de manière générale, dont

l'université Algérienne, qui n'est pas à l'abri, c'est le progrès enregistré dans la production des connaissances (la révolution industrielle de la connaissance), qui impose à l'université, parmi une telle production, quelle connaissance indispensable doit elle transmettre ? Sachant qu'aujourd'hui qu'on peut accéder à la connaissance et au savoir par le biais d'autres voies qui ne sont pas conventionnelles, qui sont le produit de la révolution du numérique. Dans ce sens on note que la plupart, sinon la totalité des connaissances sont à notre porté par un simple clic.

Cette évolution liée à la révolution industrielle de la connaissance et de la révolution du numérique, a enlevé à l'université ce privilège historique d'être le temple du savoir. Alors quel rôle doit-elle jouer aujourd'hui? Si ce n'est qu'un rôle de régulation de la transmission du savoir. Alors, l'université est appelée de nos jours à assumer un autre rôle. Elle doit au delà des savoirs qu'elle enseigne, transmettre des savoirs faire. Une autre façon de remplir sa mission surtout depuis l'avènement du LMD. Une mission qui repose sur le développement de la culture de la réussite professionnelle de l'étudiant, qui peut être déclinée a travers des dispositifs et des programmes de formations dédiés à l'orientation et l'insertion professionnelle des diplômés.

De même, elle nécessite la formation et l'engagement des enseignants, avec la mise en place de structures et organes appropriés. Cet aspect doit être introduit dans les cursus des formations et les activités d'enseignement en prenant en considération les besoins du monde du travail.

Dans ce volet, beaucoup d'établissements universitaires s'attachent à mettre en place l'approche par compétences dans la construction

de l'offre de formation licence et master, en privilégiant aussi, l'aspect professionnalisation de ces formations.

L'approche par compétence, s'est traduite par l'émergence d'une nouvelle génération de formations licences, qui sont conçues dans le cadre des programmes de coopération européenne (PAPS-ESRS, COFFE et les ISTA). D'autres formations ont vu le jour en intégrant aussi le référentiel de la nomenclature Algériennes des métiers (NAME). De même, dans le cadre de cette dynamique d'innovation dans la construction de l'offre de formation, il y'a eu une importante action qui l'a précédé, qui est celle de la mise en conformité et de l'harmonisation des licences et masters et la redéfinition des domaines disciplinaires. Ces grands chantiers visent à rendre les formations universitaires plus lisibles, notamment pour les entreprises et

le monde du travail, en leur conférant des atouts à forte
employabilité.

La généralisation de cette démarche, exige des établissements universitaires à s'approprier des modalités et de la démarche de l'approche par compétence, qui constitue le socle sur lequel on peut construire la culture du savoir faire des étudiants. Cette approche, est d'autant plus importante, pour nous faire sortir de la logique de la sanction et de l'appréciation de la formation universitaire par le diplôme, vers la logique de l'évaluation et de la validation de la qualité de la formation par son contenu et les compétences exigées. Processus dont la finalité, pourrait être la valorisation des formations issues du système LMD, particulièrement la licence qui reste une grande ambition de ce dernier. Ceci montre clairement qu'au niveau du système LMD (construit sur la base d'un système de crédits), que la valeur du diplôme ne se

mesure pas par le nombre d'années d'étude mais, elle se mesure par son contenu. Maintenir une implication active du Secteur Socio Économique dans la construction de l'offre de formation est aussi un autre gage pour réussir une relation durable entre ces deux partenaires et d'assurer une meilleure conception des contenus.

En outre, on constate aujourd'hui que l'approche par compétence n'est plus réservée à la licence et au master, elle prend aussi une place importante dans le doctorat troisième cycle (formation doctorale). Aussi, au-delà du contenu de ses recherches, le doctorant doit acquérir un ensemble de compétences qui lui permettent d'analyser des informations et de les synthétiser, de rédiger, de communiquer, de

menés des projets, de maîtriser les outils du numérique, et de
comprendre les enjeux de l'innovation et de la valorisation des produits de la recherche.

Cette nouvelle démarche a permis au niveau de ce cycle, l'introduction du principe du passage d'une simple logique de réalisation d'une recherche à une logique de formation.

En partant de ces nouvelles données et des exigences du monde socio-économique, il appartient à l'université d'initier les étudiants à maîtriser aussi les règles et les codes du monde professionnel en impliquant les structures comme les Centres de Carrières, les maisons de entrepreneuriat, la programmation des stages en entreprises, l'organisation des enseignements en alternance entre l'Université et l'Entreprise, l'organisation des entrepreneuriales et des doctoriales, ainsi que l'installation des FABLABS, qui sont d'une part, des espaces technologiques destinés à faire exprimer les capacités de création des étudiants et d'autre part, sont des

plate-formes d'ingénierie, nécessaires au lancement et le développement d'une nouvelle révolution industrielle.

Il s'agit donc, de préparer l'étudiant à acquérir les compétences

sociales, qui sont : l'esprit critique, l'esprit d'équipe, la
confiance, la créativité, la communication,
et l'éducation à la citoyenneté.

En plus de cela, il faut qu'on comprenne, clairement que la révolution du numérique a crée de grands bouleversements au sein de l'université auxquels elle doit faire face, par l'adoption « d'une stratégie du développement du numérique » et la formation

des différents acteurs de l'université à la maitrise de
l'utilisation des outils du numérique.

Par ailleurs, le fait que la connaissance est hébergée dans les bases de données (data centres), il revient à l'université de concevoir une démarche pédagogique, amenant les étudiants à faire le meilleur profit de ces connaissances dans leurs cursus universitaires, en les formant comment apprendre à apprendre. Si le savoir disciplinaire reste par évidence au centre de la formation universitaire, aujourd'hui, il ne suffit plus, pour cette raison, il faut apprendre à trier les informations et prendre le recul devant leurs provenances et leurs sources. Prendre du recul c'est une démarche intellectuelle qui est le propre de tout universitaire, elle permet de développer et forger l'esprit critique chez nos étudiants.

Aujourd'hui l'université, à travers l'exercice de ses missions, elle est appelée a intégrer dans tout projet de formation les principes et les valeurs définis par :

  • Le savoir apprendre ;

  • Le savoir faire ;

  • Le savoir être.

Ce sont ici, les composantes d'un enseignement global qui regroupe les éléments d'un processus à mobiliser pour la construction de l'offre de formation universitaire. Un enseignement global c'est un assemblage de normes, de référentiels, de méthodes, de supports, des compétences, des métiers et une projection dans une carrière professionnelle...

 

Ceci nous interpelle à juste titre, pour que l'Université Algérienne, ou traditionnellement, l'offre de formation est restée en grande partie très académique, qu'elle doit prendre la direction de la formation universitaire globale, afin de répondre aux étudiants, aux parents et aux entreprises que c'est « le pourquoi apprendre » qui est mis en avant et que le sens des études doit être exprimé en termes concrets, traduisant la liste des compétences et leur lien directe avec l'insertion professionnelle. Enfin, dans le cadre de la progression du LMD, actuellement devenu un enjeu universel, la logique qui se dessine, c'est qu'à tout moment on doit répondre à la société sur « le pourquoi apprendre au lieu du quoi apprendre ».


Le Numérique au service de la formation Doctorale

Le Numérique au service de la formation Doctorale

NUMERIQUE AU SERVICE DU DOCTORAT

Suite à l'instauration de la formation des doctorants tel qu'il a été stipulé par l'arrêté N° 547 du 02 Juin 2016 qui fixe les modalités d’organisation de la formation de troisième cycle et les conditions de préparation et de soutenances de la thèse de doctorat, et plus particulièrement l'article 21 ,  préconisant de définir toute forme de formation par la recherche à I ‘intention des doctorants (cours de renforcement des connaissances, conférences, séminaires, ateliers...). Dans ce cadre, et pour renforcer les compétences des doctorants, l'Université Frères Mentouri Constantine 1 a initié la mise en place   d’un programme de formation basé sur les TICs( cours en ligne) . La plate forme contenant ce programme est accessible à partir du lien suivant :

https://rs.umc.edu.dz/numdoc/

   L’objectif principal de cette formation  est de mieux répondre aux besoins des doctorants, et plus particulièrement des nouveaux, en leur proposant des d'outils et  des méthodes de travail  à adopter afin de réussir leurs projets de recherche, tout en leur permettant de maitriser   les technologies de l'information et de la communication, qui sont  devenues indissociables dans les activités d’enseignement et de recherche.

Le contenu de ce programme correspond à  celui de la formation présentielle,  que L’UFMC 1 a assuré pour ces étudiants doctorants  depuis 2014, à travers son Campus Numérique Francophone partenaire.

Ce programme de formation, mis en ligne  par l'université des Frères Mentouri de Constantine 1 est aussi ouvert au profit des doctorants des autres établissements universitaires d’Algérie.

Pour tout doctorant souhaitant   suivre cette formation, il doit d'abord s'inscrire à travers ce lien:

https://docs.google.com/a/umc.edu.dz/forms/d/e/1FAIpQLSduFtJyFoFM9Hwm__L-8lgQU2DslZOXsF10muzZoclivm_YAg/viewform

L'accès aux contenus des cours et des activités pratiques se fera par authentification après validation de l'inscription par le responsable de la formation NumDoc.

La formation est composée de plusieurs ateliers indépendants,  présentés selon une certaine logique de progression  pour faciliter l'apprentissage.

Pour chaque atelier, l'apprenant aura à suivre  un parcours  à plusieurs   étapes. Durant ce parcours d'autoformation, il  pourra interagir avec des formateurs, des tuteurs et/ou d'autres apprenants.

Des réunions synchrones pourraient être programmées en fonction des besoins.

 


L’ambassade des Etats Unies d’Amérique à Alger a le plaisir d’annoncer le lancement du programme des bourses d’études : « Global Business Institute 2017 » Anciennement appelé Bourses d’études Coca Cola, est offert en collaboration avec la compagnie « Coca-Cola » et le département d’Etat Américain. Ce programme de bourses d’études, est destiné aux étudiants âgés de 18 à 24 ans. Le processus de sélection prévoit la participation sur internet par la proposition d’idées et de concepts sous le thème « Comment construire un meilleur lendemain ».

Les étudiants dont les idées seront sélectionnées, participeront à une série d’entretiens à l’Ambassade Américaine à l’issue desquels les quatorze (14) meilleurs candidats prendront part à l’échange académique d’une durée d’un mois à l’université de l’Indiana entre le 24 Juillet et le 28 Aout 2017.

Les détails relatifs à ce programme sont disponibles sur le site web coca-cola : http://scholarship.coca-cola.com La date limite pour postuler est arrêtée au 18 Mars 2017.


Le CDTA, le CERIST, l’université Paris Saclay (France) et l'université de Würzburg (Allemagne), organisent sous le haut patronage de la Direction Générale de la Recherche Scientifique et du Développement Technologique (DGRSDT), une première école de printemps sur l’Interaction Homme-Machine et la Réalité Virtuelle et Augmentée, qui se tiendra du 23 au 25 avril 2017, au siège du CERIST.


L’université Frères Mentouri Constantine 1, organise le 06 Mars 2017, la journée culturelle dédiée aux étudiants étrangers (étudiants du monde) venus étudier à l’UMC 1 et à Constantine ville des ponts, de la culture et de la science.


Le numérique est devenu omniprésent dans notre quotidien, il a bouleversé nos habitudes, nos comportements ainsi que les rapports entre individus et les communautés.

Ceci nous laisse dire que le numérique a induit d’importantes mutations au niveau des institutions et des sociétés», a déclaré le recteur de l’université Frères Mentouri de Constantine 1 à l’entame de son allocution, lundi, lors de la Journée numérique (RUN-UP,) organisée au campus des 500 places. Abdelhamid Djekoun développera son préambule en insistant sur les secteurs de l’éducation et l’enseignement supérieur : «L’éducation comme l’enseignement supérieur sont aussi des secteurs qui sont marqués par ce bouleversement généré par le développement du numérique du fait que l’internet a permis de mettre à la disposition de tout un chacun des savoirs, des connaissances et de l’information en dehors des structures et des institutions conventionnelles reconnues.

A l’université, le numérique est devenu porteur de nouvelles formes d’enseigner, d’apprendre, de travailler et de produire le savoir. Cette évolution des pratiques pédagogiques liées à l’utilisation du numérique est le fruit de la synergie créée par la recherche dans le domaine de l’innovation pédagogique, qui a fait du digital un support incontournable dans le champ de la formation universitaire.» D’où l’essence de cette rencontre universitaire numérique (RUN) dédiée aux structures, formations, plateformes, innovations et stratégie enclenchées depuis plusieurs années. «L’UFMC a, depuis 2012, mis en place une stratégie de formation des concepteurs pour une durée de six mois», a détaillé Ahmed Belhani, chargé de la présentation du volet «Tic et pratiques pédagogiques» qui reviendra sur les dispositions humaines et matérielles à cet effet dont les salles de formation et l’encadrement par l’équipe d’ingénieurs. Pour mieux mettre en évidence cette stratégie universitaire en numérique, la vice-rectrice, Nadia Yekhlef, rappellera entre deux interventions que l’université Mentouri avec ses 14 tuteurs assure sept formations ouvertes aux 71 établissements du territoire national, soit 2000 enseignants. Autrement, 59% des établissements à l’échelle nationale ont bénéficié de la compétence de l’UFMC.

MASTER À DISTANCE

Et ce n’est pas tout. La même université leur dispense aussi des cours de langues étrangères. Et l’ambition mesurée pour la création d’écoles numériques de langues arabe, française et anglaise. Concernant le E-Learning, sa couverture est de 24%.
C’est pour répondre à une demande et en vue d’acquérir une compétence que le Master à distance en administration locale a été initié à partie de l’année 2017. Selon Riad Siaf l’un des formateurs, cette option a fédéré 649 apprenants inscrits, répartis sur le nord et le sud du pays dont d’ailleurs un Qatari et deux Tunisiens.

«Ce cursus engage 20 tuteurs, 5concepteurs de cours, un coordinateur, un concepteur de module, un responsable de tutorat, 8 responsables pédagogiques de modules, un responsable de la formation, un responsable technique et 2 tutorats techniques», a-t-il expliqué, précisant que le programme s’effectue sur 40 heures en moyenne : «L’unique désavantage de l’enseignement à distance est l’isolement que peut ressentir l’apprenant. Nous tenterons d’y remédier avec l’apprentissage collaboratif». Et de rappeler que la mise en ligne des cours sur la plateforme ne peut avoir lieu qu’après validation par un second concepteur.

Et partant, la relation entre enseignant et apprenant prend d’autres formes et appellations. «Tous ces aspects montrent bien qu’avec l’avènement du numérique et son utilisation dans la pédagogie, que la relation entre l’enseignant et l’étudiant s’est complètement transformée, où l’enseignant est devenu un accompagnateur, un médiateur, un tuteur, un coordonnateur et l’étudiant un acteur de sa formation. Aussi, cette situation fait qu’aujourd’hui nous assistons à l’émergence de nouveaux métiers dans le monde de l’éducation en général et celui de l’enseignement supérieur en particulier. Métiers qui méritent d’être répertoriés, référencés et classés en tant que métiers du futur», indiquera Abdelhamid Djekoun.

CLOMs, MOOCs et ATAWADAC

Pour les organisateurs de cette RUN-UP, les avancées dans l’utilisation de numérique au profit de la pédagogie ont dépassé largement la logique du recours à un simple outil ou à un simple moyen pour réaliser un travail intellectuel, scientifique ou d’enseignement, car «nous sommes en face d’une véritable culture, celle du numérique qui a ses règles, sa démarche, sa philosophie et ses concepts. C’est une véritable révolution qui nécessite de la médiation, surtout entre les natifs et les immigrants de cette culture, de l’éthique, de la régulation et de la maîtrise de ses fondements.» Et à eux de noter que le numérique, quand il est au service de la formation et de l’apprentissage, a réussi à engendrer une importante production de contenus qui sont déclinés en cours en ligne ouverts et massifs (CLOMs ou MOOCs), une diversité et une richesse de ressources pédagogiques, la construction de plateformes d’acquisition des compétences et de découvrir des métiers et cela grâce à la simulation et la modernisation, la création de nouvelles technologies destinées à l’exploitation et l’élaboration de nouveaux produits et savoirs originaux dont les technologies de la vidéo numérique, la promotion d’environnements collaboratifs, donnant une autre dimension à la relation d’apprentissage et de formation entre l’étudiant et l’enseignement, et enfin l’accès à n’importe quel savoir, de n’importe quel endroit, à n’importe quel moment et à n’importe quel contenu (ATAWADAC).

L’université FMC, en organisant cette rencontre sur le numérique et sa relation avec les activités pédagogiques, vise à travers ces 5 plans d’action à établir un état des lieux en la matière, partager les bonnes pratiques, concevoir un dispositif construit entièrement sur le numérique pour permettre le rapprochement de l’université avec le monde de l’entreprise. «Investir dans le numérique, c’est investir dans l’innovation et le développement des capacités de notre université, particulièrement pour améliorer sa visibilité internationale. Le programme de cette journée est aussi conçu pour encourager les enseignants à utiliser les outils numériques pertinents dans leurs enseignements, de se familiariser avec les différentes plateformes et d’exploiter les potentialités de ces outils numériques (calcul, simulation, modélisation, dessin, portfolio…) pour la réussite de l’étudiant», a conclu le recteur de l’UFMC.

Naima Djekhar

EL WATAN


L’IFIC et l'université des Frère Mentouri de Constantine (Algérie) organisent le 1er mars 2017 un barcamp portant sur la e-réputation et l'identité numérique dans l'enseignement supérieur.

Chaque enseignant produit au cours de ses activités académiques, scientifiques et ou personnelles des nouvelles données qui sont souvent publiées sur Internet à travers les différentes activités sur les réseaux sociaux, les blogs et autres plateformes web 2.0. 
Toutes ces actions s’ajoutent les unes aux autres en constituant une « data-reputation ». 


RUN –UP 2017 , une rencontre pour faire le point sur : 

Les Structures, les Formations, les Applications, les innovations et la stratégie dédiées au numérique à l’UFMC1. 


Arduino Day 2017

Published in Actualités et Informations février 18 2017

L'université Frères Mentouri Constantine 1, contribuera à travers son Campus Numérique Francophone partenaire, à Arduino Day 2017 (https://day.arduino.cc/), évènement qui réunira le même jour les passionnés de l'ARDUINO du monde entier.

Cette contribution sera traduite par l'organisation d'un évènement dont le programme est:

10h00: Ouverture de l'évènement

10h05-10h10: Présentation de ce qu'est l'Arduino

10h10-14h00: Démo: des passionnés de l'Arduino présenteront leurs applications au public en faisant des démonstrations sur site.

12h0014h00: Workshop: Initiation à Arduino

14h00-15h00: Panel Discussion: un débat ouvert sur l'évènement

15h00: Clôture de l'évènement

Lien d'inscription: https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSctLUUmcggPKjWKxV0fddMpN0hArprlxVoSAZqzhdQzE545iA/viewform


 

Dans le cadre des activités du projet Averroès-COMPERE, l’Université des Frères MENTOURI Constantine, en sa qualité de partenaire et Co-coordinateur de ce projet, organise le 16 février 2017, le 2ème Séminaire de Transfert Externe. Ce séminaire de dissémination pour le renforcement des compétences de gestion, de montage et de suivi des projets Européens Erasmus+ et H2020, s’adresse aux Enseignants chercheurs et aux responsables impliqués dans la gestion administrative et financière des établissements de la région EST de l’Algérie: Vice-Recteur, Doyen, Vice-Doyen, Chef de département, Président de conseil scientifique, Directeur de laboratoire, Chef d’équipe de recherche.

 

 

 


Page 1 sur 59

Plateforme Nationale Compere

Projets Num Doc (Online)

Documentation en Ligne

Système National de Documentation en ligne.


Articles Par Date

« Mars 2017 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    

Rechercher sur le site

En ligne

Nous avons 153 invités et aucun membre en ligne

Université des Frères Mentouri

Université des Frères Mentouri - Constantine BP, 325 Route de Ain El Bey, Constantine, Algérie, 25017  Téléphone : +213(0)31 81 12 71