Nos sites web
Items filtered by date: dimanche, 01 décembre 2013 - Université des Frère Mentouri Constantine
dimanche, 01 décembre 2013 12:32

Planing des vacances universitaires 2013-2014

Selon de l'arrêté n°852 du 03 novembre 2013 les dates des vacances universitaires au titre de l'année universitaire 2013 - 2014 sont fixée comme suit:

dimanche, 01 décembre 2013 12:32

Planing des vacances universitaires 2013-2014

Selon de l'arrêté n°852 du 03 novembre 2013 les dates des vacances universitaires au titre de l'année universitaire 2013 - 2014 sont fixée comme suit:

Le troisième programme quinquennal 2014-2018 de la recherche scientifique est en «phase de rédaction» et fera l’objet d’une loi qui sera soumise «incessamment» au Parlement, a indiqué, dimanche à Alger, le ministre de l’Enseignement supérieur  et de la Recherche scientifique, Mohamed Mebarki.

«Le troisième programme quinquennal de la recherche 2014-2018 est en phase de rédaction et fera l’objet d’une loi qui sera soumise incessamment au Parlement», a précisé M. Mebarki, lors d’une conférence de presse consacrée à la présentation de trois projets engagés par le ministère pour la conquête de la connaissance scientifique spatiale.
Le ministre s’est félicité des résultats «significatifs» réalisés dans le cadre du programme quinquennal 2009-2013. «Ce programme a pu être mis en œuvre, grâce aux dispositions législatives et réglementaires touchant le secteur de la recherche scientifique, qui a bénéficié d’un financement conséquent à hauteur de 1% du produit intérieur brut (PIB)», a-t-il relevé. «Ces résultats ont été obtenus, grâce aussi à la mobilisation et aux compétences reconnues de nos chercheurs», s’est félicité le ministre. Il a, dans ce cadre, indiqué que l’organisme international «Thomson Reuters» vient de publier les résultats concernant 11 chercheurs algériens dans différentes disciplines scientifiques, dont les citations et les travaux représentent 1% de toutes les citations dans le monde. «Ces chercheurs seront primés à la mi-décembre prochain», a-t-il précisé. M. Mebarki a cité d’autres cas de chercheurs algériens devenus des «références» dans leurs spécialités comme le chercheur de l’USTHB (Bab Ezzouar, Alger) qui a résolu le problème de la couche d’ozone et obtenu le prix de l’Académie des sciences américaines. «Ce chercheur a été désigné par les Nations unies comme principal animateur du programme pour les changements climatiques», a-t-il poursuivi. Selon le ministre, les résultats de la recherche scientifique «commencent à se traduire sur le terrain dans différents domaines de la vie économique et sociale du pays».
Il a rendu hommage, à ce propos, à l’ensemble de la communauté des chercheurs algériens, ainsi qu’à ceux qui exercent dans différents domaines scientifiques à l’étranger. M. Mebarki a ajouté que «c’est grâce à eux que le drapeau algérien sera hissé sur la station spatiale internationale, comme ce fut le cas pour la station polaire dans l’Antarctique».
 

Published in La Revue de Presse

Le troisième programme quinquennal 2014-2018 de la recherche scientifique est en «phase de rédaction» et fera l’objet d’une loi qui sera soumise «incessamment» au Parlement, a indiqué, dimanche à Alger, le ministre de l’Enseignement supérieur  et de la Recherche scientifique, Mohamed Mebarki.

«Le troisième programme quinquennal de la recherche 2014-2018 est en phase de rédaction et fera l’objet d’une loi qui sera soumise incessamment au Parlement», a précisé M. Mebarki, lors d’une conférence de presse consacrée à la présentation de trois projets engagés par le ministère pour la conquête de la connaissance scientifique spatiale.
Le ministre s’est félicité des résultats «significatifs» réalisés dans le cadre du programme quinquennal 2009-2013. «Ce programme a pu être mis en œuvre, grâce aux dispositions législatives et réglementaires touchant le secteur de la recherche scientifique, qui a bénéficié d’un financement conséquent à hauteur de 1% du produit intérieur brut (PIB)», a-t-il relevé. «Ces résultats ont été obtenus, grâce aussi à la mobilisation et aux compétences reconnues de nos chercheurs», s’est félicité le ministre. Il a, dans ce cadre, indiqué que l’organisme international «Thomson Reuters» vient de publier les résultats concernant 11 chercheurs algériens dans différentes disciplines scientifiques, dont les citations et les travaux représentent 1% de toutes les citations dans le monde. «Ces chercheurs seront primés à la mi-décembre prochain», a-t-il précisé. M. Mebarki a cité d’autres cas de chercheurs algériens devenus des «références» dans leurs spécialités comme le chercheur de l’USTHB (Bab Ezzouar, Alger) qui a résolu le problème de la couche d’ozone et obtenu le prix de l’Académie des sciences américaines. «Ce chercheur a été désigné par les Nations unies comme principal animateur du programme pour les changements climatiques», a-t-il poursuivi. Selon le ministre, les résultats de la recherche scientifique «commencent à se traduire sur le terrain dans différents domaines de la vie économique et sociale du pays».
Il a rendu hommage, à ce propos, à l’ensemble de la communauté des chercheurs algériens, ainsi qu’à ceux qui exercent dans différents domaines scientifiques à l’étranger. M. Mebarki a ajouté que «c’est grâce à eux que le drapeau algérien sera hissé sur la station spatiale internationale, comme ce fut le cas pour la station polaire dans l’Antarctique».
 

Published in La Revue de Presse 2

Entrée par la grande porte dans «l’ère spatiale», il y a 11 ans, avec le lancement de son premier satellite d’observation de la terre «Alsat1», l’Algérie va participer avec la communauté scientifique internationale à un ambitieux programme de recherche sur l’un des grands mystères de l’Univers : les particules énergétiques cosmiques.
 Développé conjointement par des chercheurs japonais et ceux de 13 autres pays, dont l’Algérie, le projet «JEM-EUSO» (Extreme Universe Space Observatory onboard the Japanese Experiment Module) porte sur la réalisation d’un télescope particulier : il est destiné à étudier les particules extrêmement énergétiques du rayonnement cosmique en observant leur entrée dans l’atmosphère. Et puis, à l’inverse d’un télescope «ordinaire» orienté vers l’espace, JEM-EUSO, qui sera réalisé avec la collaboration de scientifiques algériens, sera en fait tourné en direction de la Terre.
Il sera porté par une fusée H-IIB (japonaise, ndlr) et installé sur la plateforme externe d’expérimentation du module japonais (JEM) de la Station spatiale internationale (ISS). Son installation sur l’ISS sera assurée par un véhicule de transfert HTV de l’agence japonaise d’exploration spatiale (JAXA, Japan Aerospace Exploration Agency). JEM-EUSO est un observatoire d’une nouvelle conception qui utilise de grands volumes de l’atmosphère terrestre afin de détecter les particules les plus énergétiques de l’Univers.
 Parmi les objectifs de la mission de JEM-EUSO, il y a notamment celui de percer le mystère de l’origine de ces particules, considérées par les astrophysiciens comme étant les plus énergétiques jamais observées dans l’Univers et, surtout, comment elles peuvent atteindre la terre. Une mission à laquelle participent les principaux pays ayant une très grande expérience dans le domaine de la recherche spatiale et, particulièrement, l’industrie spatiale, dont les États-Unis, la France, le Japon. En outre, «c’est un projet qui regroupe plus de 300 chercheurs de renom de par le monde, affiliés à 80 instituts et agences prestigieuses, telles que la Nasa et l’agence japonaise Jaxa», selon le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Mohamed Mebarki. Il a précisé, lors d’une conférence de presse tenue au Centre de développement des technologies avancées (CDTA) de Baba Hassen, que l’Algérie participe à ce projet avec 31 chercheurs issus des universités d’Annaba, Constantine, Tlemcen, Msila et Jijel, et deux centres de recherche, le CDTA, son unité de Sétif et le Centre de recherche en astronomie, astrophysique et géophysique (CRAAG, Bouzaréah).
Le CDTA sera le «point focal» du projet dans ce programme, selon le ministre qui a affirmé que la proposition de la participation financière de l’Algérie s’élevait à un million de dollars et sera destinée au déplacement des chercheurs pour l’acquisition du savoir-faire et la conception de certaines parties de ce télescope particulier. Outre l’Algérie et le Japon, les autres pays participant à ce programme sont les États-Unis, la France, l’Allemagne, l’Italie, le Mexique, la République de Corée, la Russie, l’Espagne, la Slovaquie, la Suède, la Suisse, la Pologne et la Bulgarie.

Déjà, onze ans après Alsat1
Avec sa jeune expérience dans le domaine spatial, l’Algérie est en fait le seul pays «arabe, musulman et africain à être admis dans ce cercle de recherche, après deux années d’évaluation par des experts internationaux, des potentialités scientifiques et technologiques algériennes», s’est par ailleurs félicité le ministre. Sur le plan technique, ce télescope, d’un diamètre de 2,65 m, est très rapide et offre un grand champ de vue (60 degrés, soit une surface au sol d’environ 250 km de rayon). Installé sur l’ISS à une altitude d’environ 400 km, JEM-EUSO fera le tour de la Terre en 90 minutes. L’intégration de l’Algérie dans le cercle restreint des pays dont la recherche est très avancée dans le domaine spatial est en fait le couronnement des efforts des scientifiques et des travailleurs de l’Agence spatiale algérienne (ASAL). Et cela fait, presque jour pour jour, 11 ans que l’Algérie a réussi à mettre sur orbite son premier satellite d’observation de la Terre, Alsat1, lancé le 28 novembre 2002 à partir de la base spatiale russe de Plesetsk.
 Depuis, l’Algérie a mis au point, réalisé et lancé, dans le cadre de la coopération scientifique algéro-indienne, un second satellite d’observation de la Terre avec une haute résolution, Alsat2A, mis sur orbite le 12 juillet 2010 à partir d’un lanceur indien. Ce second satellite algérien renforce la «présence de l’Algérie dans l’espace», avait alors annoncé le directeur de l’ASAL, Azzeddine Oussedik. Le programme spatial algérien, qui couvre la période 2006-2020, doté d’un financement de quelque 82 milliards de dinars, porte sur le développement de la recherche spatiale, la formation d’ingénieurs nationaux et la construction de satellites d’observation. Plusieurs projets de satellites d’observation de la Terre sont déjà sur leur ‘’rampe de lancement’’, selon des sources proches de l’ASAL.

Published in La Revue de Presse

Entrée par la grande porte dans «l’ère spatiale», il y a 11 ans, avec le lancement de son premier satellite d’observation de la terre «Alsat1», l’Algérie va participer avec la communauté scientifique internationale à un ambitieux programme de recherche sur l’un des grands mystères de l’Univers : les particules énergétiques cosmiques.
 Développé conjointement par des chercheurs japonais et ceux de 13 autres pays, dont l’Algérie, le projet «JEM-EUSO» (Extreme Universe Space Observatory onboard the Japanese Experiment Module) porte sur la réalisation d’un télescope particulier : il est destiné à étudier les particules extrêmement énergétiques du rayonnement cosmique en observant leur entrée dans l’atmosphère. Et puis, à l’inverse d’un télescope «ordinaire» orienté vers l’espace, JEM-EUSO, qui sera réalisé avec la collaboration de scientifiques algériens, sera en fait tourné en direction de la Terre.
Il sera porté par une fusée H-IIB (japonaise, ndlr) et installé sur la plateforme externe d’expérimentation du module japonais (JEM) de la Station spatiale internationale (ISS). Son installation sur l’ISS sera assurée par un véhicule de transfert HTV de l’agence japonaise d’exploration spatiale (JAXA, Japan Aerospace Exploration Agency). JEM-EUSO est un observatoire d’une nouvelle conception qui utilise de grands volumes de l’atmosphère terrestre afin de détecter les particules les plus énergétiques de l’Univers.
 Parmi les objectifs de la mission de JEM-EUSO, il y a notamment celui de percer le mystère de l’origine de ces particules, considérées par les astrophysiciens comme étant les plus énergétiques jamais observées dans l’Univers et, surtout, comment elles peuvent atteindre la terre. Une mission à laquelle participent les principaux pays ayant une très grande expérience dans le domaine de la recherche spatiale et, particulièrement, l’industrie spatiale, dont les États-Unis, la France, le Japon. En outre, «c’est un projet qui regroupe plus de 300 chercheurs de renom de par le monde, affiliés à 80 instituts et agences prestigieuses, telles que la Nasa et l’agence japonaise Jaxa», selon le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Mohamed Mebarki. Il a précisé, lors d’une conférence de presse tenue au Centre de développement des technologies avancées (CDTA) de Baba Hassen, que l’Algérie participe à ce projet avec 31 chercheurs issus des universités d’Annaba, Constantine, Tlemcen, Msila et Jijel, et deux centres de recherche, le CDTA, son unité de Sétif et le Centre de recherche en astronomie, astrophysique et géophysique (CRAAG, Bouzaréah).
Le CDTA sera le «point focal» du projet dans ce programme, selon le ministre qui a affirmé que la proposition de la participation financière de l’Algérie s’élevait à un million de dollars et sera destinée au déplacement des chercheurs pour l’acquisition du savoir-faire et la conception de certaines parties de ce télescope particulier. Outre l’Algérie et le Japon, les autres pays participant à ce programme sont les États-Unis, la France, l’Allemagne, l’Italie, le Mexique, la République de Corée, la Russie, l’Espagne, la Slovaquie, la Suède, la Suisse, la Pologne et la Bulgarie.

Déjà, onze ans après Alsat1
Avec sa jeune expérience dans le domaine spatial, l’Algérie est en fait le seul pays «arabe, musulman et africain à être admis dans ce cercle de recherche, après deux années d’évaluation par des experts internationaux, des potentialités scientifiques et technologiques algériennes», s’est par ailleurs félicité le ministre. Sur le plan technique, ce télescope, d’un diamètre de 2,65 m, est très rapide et offre un grand champ de vue (60 degrés, soit une surface au sol d’environ 250 km de rayon). Installé sur l’ISS à une altitude d’environ 400 km, JEM-EUSO fera le tour de la Terre en 90 minutes. L’intégration de l’Algérie dans le cercle restreint des pays dont la recherche est très avancée dans le domaine spatial est en fait le couronnement des efforts des scientifiques et des travailleurs de l’Agence spatiale algérienne (ASAL). Et cela fait, presque jour pour jour, 11 ans que l’Algérie a réussi à mettre sur orbite son premier satellite d’observation de la Terre, Alsat1, lancé le 28 novembre 2002 à partir de la base spatiale russe de Plesetsk.
 Depuis, l’Algérie a mis au point, réalisé et lancé, dans le cadre de la coopération scientifique algéro-indienne, un second satellite d’observation de la Terre avec une haute résolution, Alsat2A, mis sur orbite le 12 juillet 2010 à partir d’un lanceur indien. Ce second satellite algérien renforce la «présence de l’Algérie dans l’espace», avait alors annoncé le directeur de l’ASAL, Azzeddine Oussedik. Le programme spatial algérien, qui couvre la période 2006-2020, doté d’un financement de quelque 82 milliards de dinars, porte sur le développement de la recherche spatiale, la formation d’ingénieurs nationaux et la construction de satellites d’observation. Plusieurs projets de satellites d’observation de la Terre sont déjà sur leur ‘’rampe de lancement’’, selon des sources proches de l’ASAL.

Published in La Revue de Presse 2
dimanche, 01 décembre 2013 11:43

Réussir ses études de mathématiques

Entre toutes les passions de l’esprit humain, l’une des plus violentes, c’est le désir de savoir» Bossuet(1).

Published in Articles à Lire

Portail de la rentrée universitaire 2019/2020

Projets Num Doc (Online)

Documentation en Ligne

Système National de Documentation en ligne.


Articles Par Date

« Décembre 2019 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          

Rechercher sur le site

En ligne

Nous avons 271 invités et aucun membre en ligne

Université Frères Mentouri Constantine 1

Université Frères Mentouri - Constantine 1 BP, 325 Route de Ain El Bey, Constantine, Algérie, 25017  Téléphone : +213(0)31 81 12 71